PAROLES DE MAȊTRES

 

 

« C’est l’observation méthodique, jointe à une bonne mémoire enrichie de connaissances nombreuses et bien enregistrées, avec une volonté inébranlable de voir clair, qui constitue les éléments nécessaires pour poser un diagnostic.

C’est l’ensemble de ces qualités et acquisitions qui forme ce que l’on désigne suivant une appellation bien erronée, sous le nom de flair clinique.

Celui qui n’a point suffisamment observé, palpé, vu et revu son patient, bien enregistré ce qu’il constatait, classé et rangé dans son esprit ses sensations et ses perceptions et enfin retrouvé dans sa mémoire ce qu’il est indispensable de savoir, aucun flair ne le guidera pour « sentir »le diagnostic.

Celui-ci  n’est pas obtenu par une quête que dirigerait certains instincts secrets mais grâce à une juste réflexion. »

Ce texte  a été écrit par le Professeur Robert Debré (1882-1978) célèbre pédiatre dans son livre :  « L’honneur de vivre » paru en 1972.

Il est toujours d’actualité.

Un traitement de médicaments homéopathiques doit répondre à cette méthode de prise en charge médicale.

C’est la base indispensable sans laquelle on ne peut rechercher une explication, une cause ou étiologie, une  marche à suivre pour délivrer une ordonnance correspondant aux symptômes et à la détresse de la personne qui consulte.

Un traitement homéopathique est l’aboutissement d’une consultation médicale avec un interrogatoire et un examen clinique aussi approfondi que possible et des examens complémentaires si besoin (prise de sang, radios...).

Seuls les professionnels de santé sont habilités à le faire chacun dans son domaine, c’est-à-dire les médecins, les dentistes, les sage-femmes ou les vétérinaires pour les animaux. D’autres sont compétents pour donner des conseils et orienter comme les pharmaciens.

Tous les autres acteurs de santé et bien-être, sans nier leurs approches et connaissances, ne peuvent que proposer des médicaments homéopathiques en ayant le souci de connaître leurs limites et d’envoyer le patient vers le médecin ou le professionnel capable de compléter les demandes d’une consultation médicale.

Dr Brigitte LECOT FAMECHON

Remèdes naturels contre les jambes lourdes

Cette période de chaleur est propice au tracas des jambes lourdes.

Pour y remédier, on peut recourir aux plantes qui entrent dans leur composition des principes actifs destinés à soulager ce trouble.

-          vigne rouge

-          hamamélis

-          marron d’inde

-          petit houx

Elles ont pour effet d’améliorer la circulation sanguine et d’apporter des flavonoides qui protègent la paroi des veines et augmentent leur résistance.

En homéopathie, on retrouve HAMAMELIS 5 CH, VIPERA 5 CH et AESCULUS 5 CH (le marron d’inde) qui ont l‘avantage de soulager aussi les poussées d’hémorroïdes. Il existe d’autres traitements en fonction des symptômes de chacun mais nécessitent le recours au médecin homéopathe.

Une cure de cassis est également recommandée pour tonifier les veines et diminuer la perméabilité des petits vaisseaux sanguins.

Autre astuce bien connue : le jet d’eau froide alterné avec un jet d’eau chaude.

La chaleur dilate les veines et le froid augmente leur constriction, au final, cela facilite le retour veineux.

Certaines huiles essentielles peuvent s’appliquer en massage : cyprès, lentisque, pistachier et menthe poivrée.

Retenir que l’activité physique, la marche rapide en particulier, est un atout non négligeable pour prévenir ce phénomène chez les personnes sensibles.

Dr Brigitte LECOT-FAMECHON

jambeslourdes